Ci-gîsent les Presses Fantômes


maison (d'édition) hantée
Revue

L'Esprit
Tranquille


Le premier numéro

"Œuvres Inachevées"


est à paraître le
10 / 12 / 16
au vernissage de l'exposition
QUOI/NOIR/LIGNES

à IPN - 30 rue des Jumeaux - Toulouse

Les Presses Fantômes sont une maison d’édition qui se dédie aux adaptations graphiques et éditoriales de textes de fiction passés dans le domaine public. Elles se proposent de remettre en forme et en livre des contenus anciens, où le design graphique devient un outil pour s’éloigner de la réalité, pour opérer un glissement d’un monde vers un autre, dans une ambiance générale qui laisse planer le doute, les questionnements, et l’incertitude.

Les Presses Fantômes
ont émergé une nuit sans lune dans les esprits troublés d’Edith M. et Irène D. qui se laissent volontiers posséder par des textes fantastiques ou oubliés pour les ressusciter éditorialement. Leurs activités englobent plusieurs services, comme la BAM (Bibliothèque d’Apparitions Mystérieuses), le GLA GLA (Grand Laboratoire d’Analyse du Graphisme des Livres Aberrants) ou le BRRR (Bureau de Rencontre avec Revenantes Rancunières).

Les Presses Fantômes sont toutes entières du côté du texte et cherchent avant tout à l’aider à réaliser ses ambitions trompeuses pour faciliter un basculement vers des univers fictionnels. Le terme de fantôme renvoie au fait que chaque ouvrage sera hanté par les autres et les hantera également. Mais il renvoie aussi au fait que les ouvrages réalisés seront toujours des ré-éditions, et donc des sortes de revenants éditoriaux, dernières ombres en date de contenus et d’ouvrages déjà édités de nombreuses fois, et sous de nombreuses formes. Il se rapporte aussi au genre de la littérature fantastique, qui sera celui édité en priorité dans cette maison d’édition, et qui cherche à créer le doute chez les lecteurs ; un fantôme, lorsqu’il apparaît, peut toujours être remis en question : était-ce un simple jeu de lumières ? Une folie de mon imagination ? Une mauvaise farce, une fumée, un leurre ? Enfin, ce terme fait un clin d’oeil aux auteur∙e∙s passé∙e∙s dans le domaine public, critère qui nécessite qu’ils∙elles soient décédé∙e∙s depuis de longues années : ré-éditer leurs textes revient à mettre en place un espace de rencontre et de regroupement pour certain∙e∙s d’entre eux∙elles, un lieu de rassemblement de fantômes, un domicile pour les spectres et les revenant∙e∙s, soit, en résumé, une maison (d’édition) hantée.

Les Presses Fantômes éditent également une revue, l’Esprit Tranquille, qui sert de laboratoire d’expérimentations graphiques et textuelles. Cette revue regroupe des contributions d’auteur∙e∙s, d’artistes, de graphistes, de photographes dans des formes éditoriales changeantes et variables.

L’Esprit Tranquille est informe, fuyant et instable, il n’a pas de format, de longueur, de matière prédéfinis. Il s’incarne dans le flou de l’incertitude et s’habille du doute qui plane en permanence sur sa propre existence. Il est le lieu où apparaissent les vides et disparaissent les contenus, il est un trou noir éditorial qui interroge graphiquement l’effacement et l’inachèvement. Il est un espace d’accueil pour tous les projets fantômes, pour les squelettes oubliés au fond des placards, pour les expériences graphiques hasardeuses et incantatoires.

Contact

boo @ pressesfantomes.net

Les Presses Fantomes
qui hantent IPN
30 rue des Jumeaux
31200 TOULOUSE